Blacklist vs blacklist

Pour lutter contre les SPAM, des serveurs de blacklist répertorient les adresses IP qui ont été signalées comme ayant été utilisées pour transmettre des spams.
 
religo utilise un grand nombre de serveur de listes noires afin de déterminer si il peut ou pas faire confiance au serveur qui lui transmet un email qui vous est destiné...
 
Les opérateurs ou grands fournisseurs de messagerie de l'internet les utilisent également (ou pas) mais souvent disposent et maintiennent leurs propres listes noires qui est alimentée non pas par le retour des listes noires publiques mais uniquement par leur "ressenti".
 
Et là, ça pose un "petit" problème...
Imaginez que vous envoyés un email à un destinataire gmail.com ou orange.fr et que celui-ci décide que votre message est un SPAM (quand bien même il avait sollicité votre réponse !).
Et bien l'adresse IP ne notre serveur peut très bien se retrouver blacklistée.
Pire ! une adresse IP dans le même bloc que notre adresse IP mais attribuée à une autre entreprise a été repérée comme SPAM : ces sont 255 adresses qui seront mises en liste noire, dont potentiellement la notre : oups.
 
religo dispose d'un mécanisme interne qui contrôle la mise en liste noire ou pas de nos serveurs et ce toutes les 6 heures.
En cas de blacklistage, nous analysons puis nous corrigeons pour être dé-blacklisté.
 
Malheureusement, nous ne savons qu'après rejet que nos serveurs sont blacklistés par les opérateurs, c'est pour cette raison qu'il faut rapidement nous informer si vous recevez un rapport de non remise de la part de religo (failure@religo.net)